L'ISOLATION NATURELLE : PRESERVER LES RESSOURCES NATURELLES

BILAN DE LA SITUATION ACTUELLE

En France, le secteur du bâtiment est un ogre énergétique qui consomme près de la moitié de l’énergie. Il occupe donc un rôle majeur dans la transition énergétique et la préservation de la planète.

QUELQUES CHIFFRES SUR LE SECTEUR DE LA CONSTRUCTION

Les impacts environnement aux et socio-économiques du bâtiment sont énormes. 

 

il est donc primordial d’amorcer une transition vers une économie plus responsable.

Le choix des éco-matériaux et d’une construction saine s’inscrit dans une démarche globale, porteuse de sens, qui respecte l’homme et l’environnement, en cherchant à limiter son emprunte carbone.

Les limites des isolants les plus répandus :

LES LAINES MINÉRALES 

 

Les laines minérales représentent les isolants les plus répandus en Europe car elles possèdent de très bonnes propriétés isolantes et sont plutôt bon marché.

Elles sont obtenues par fusion de matières minérales à environ 1 500 °C.  On utilise du verre et du sable siliceux pour la laine de verre ou des roches volcaniques comme le basalte pour la laine de roche.

Néanmoins, elles sont très controversées à cause de leurs effets sur la santé et la Planète :
env-barre.png
chaleur-barre.png

Des risques pour la santé

Les fibres des laines minérales, extrêmement fines, peuvent pénétrer en profondeur dans les alvéoles pulmonaires (comme pour l’amiante).

 

Ces produits font l’objet de vives polémiques depuis de nombreuses années dans les milieux scientifiques. Elles furent classées en 1987 par le CIRC (Centre international pour la recherche sur le cancer) comme potentiellement cancérogènes par pénétration et biopersistance dans les voies respiratoires. (Groupe 2B).

Suite à une modification de la composition des fibres par les fabricants, elles furent reclassées par le CIRC en 2001 dans le Groupe 3, “inclassable quant à sa cancérogénicité pour l’homme” grâce à une “Note Q” providentielle et très controversée, obtenue par un test sur le temps de demi-vie des particules inhalées. (Directive 67/548/CEE)*

De surcroit, Les fibres des laines de verre et de roche sont très allergènes et donc très irritantes pour les voies respiratoires (inflammations, trachéites, laryngites, etc), les yeux et la peau.

 

*« L’isolation écologique » de Jean-Pierre Oliva, éditions terre vivante.

Un éco Bilan peu glorieux

L’écobilan des laines minérales reste médiocre au vu des quantités d’énergie grise nécessaire à leur production, comparé à la majorité des isolants naturels (150 à 250 kWh/m³ contre 40 kWh/m³ pour la fibre de chanvre).

 

Elles sont énergivores en production et utilisent des matières premières d’origine fossile non renouvelables (silice, basalte…).

En fin de vie, la laine de verre est considérée comme un déchet industriel dangereux très difficile à recycler. (Très rarement recyclée, elle est majoritairement enfouie).

Un mauvais ami pour le confort d’été

Si vous souhaitez effectuer des travaux pour privilégier votre confort d’été, passez votre chemin. 

Les propriétés intrinsèques des laines minérales sont très décevantes en comparaison avec les isolants naturels biosourcés qui présentent un déphasage nettement supérieur de plusieurs heures.

santé-barre.png
Qu'est ce qu'un isolant biosourcé
et pourquoi choisir les matériaux naturels de chez Yemat ?